7 crises habituelles chez les enfants et comment les gérer

En tant que parent, on veut ce qu’il y a de mieux pour nos enfants. De leur éducation dépend leur stabilité mentale, leur épanouissement et les principes qu’ils développeront. C’est précisément pour cette raison que les parents devraient savoir comment gérer les crises de nerfs qui peuvent parfois se transformer en un véritable enfer. Beaucoup aggravent en effet le problème, souvent par ignorance.

Cependant, il est possible de mettre fin à ces crises : ces sept comportements sont tout à fait normaux chez les enfants et il n’est pas nécessaire de paniquer tout de suite.

1. Chouiner

Pixabay

Ce comportement ronge particulièrement les nerfs de nombreux parents car de petites larmes peuvent vite se transformer en véritable crise. La voix des enfants se transforme jusqu’à épuiser les oreilles de beaucoup d’adultes. La première chose à faire est de savoir si l’enfant n’est pas malade ou blessé. Si ce n’est pas le cas, on commet facilement l’erreur de menacer l’enfant des conséquences de ces pleurs s’il n’arrête pas tout de suite de gindre. Alors qu’au final, ces menaces ne seront de toutes façons pas respectées la plupart du temps.

Plutôt que de se laisser emporter, ne réagissez pas aux chouinements et adoptez un visage impassible. Dites au petit d’une voix calme que parler normalement sera plus efficace que de pleurnicher. Il devrait automatiquement et rapidement se calmer.

2. Se tacher et en mettre partout

Que ce soit pour boire ou manger, les enfants en bas âge font souvent un véritable chantier. Et quand ça tombe sur un tapis clair et/ou cher, difficile de contenir sa colère. Afin d’éviter une nouvelle guerre qui se terminera par des cris et des pleurs, recouvrez les surfaces délicates entourant la zone de conflit d’un vieux drap ou d’une couverture avant de passer à table. Le repas sera beaucoup plus serein pour l’un comme pour l’autre.

3. Voler

Pixabay

Arrive un jour où le petit dernier rapporte une boîte de crayons de couleur de la maternelle ou un bonbon du supermarché qui n’a pas été payé. C’est un comportement normal tant que la notion de propriété n’a pas été comprise. Au fil du temps, cette attitude tend à se dissiper d’elle-même. Elle peut également être un moyen d’attirer l’attention. Il peut s’agir de la jalousie ressentie pour le frère ou la soeur qui, par exemple, excelle dans une discipline alors que lui non. Souvent, ce n’est pas un trouble psychologique qui se cache derrière le vol : les enfants pensent simplement qu’ils ont besoin de ce qu’ils ont dérobé.

Alors, comment doivent réagir les parents quand ils se rendent compte du péché de leur enfant ? Expliquez à votre chère progéniture qu’il n’est pas correct de prendre les affaires des autres sans leur autorisation et demandez lui pourquoi il a fait ça. En tant que parents, vous devrez rapporter l’objet volé ou le payer. Le mieux serait également que votre enfant présente ses excuses au propriétaire déchu.

4. Faire des caprices

Pixabay

Cela peut vite devenir très énervant d’être constamment dérangé par son enfant quand on est au téléphone par exemple ou concentré à faire les papiers ou les corvées de la maison. D’une manière générale, il faut tenter de rendre aussi courte que possible ces activités. Passer une heure au téléphone va sembler une éternité pour votre tête brune, blonde ou rousse. Essayez de limiter chacune de vos activités et lancez un minuteur pour que l’enfant comprenne que tant que l’alarme n’a pas sonné, il doit s’occuper seul. Donnez lui quelques jouets pour faciliter la chose et souvenez-vous que la patience des plus jeunes est beaucoup plus courte que celle de leurs ainés.

5. Mentir

Entre 3 et 7 ans, les enfants ont tendance à mentir. Souvent. Tout simplement parce qu’ils ne font pas encore la différence entre le mensonge et l’imagination débordante dont ils font preuve à cet âge. Ce n’est que vers les 7 ans que l’enfant comprend ce qu’est un mensonge et va tester les limites. Les mensonges d’un enfant en âge d’aller à l’école peuvent être le fruit d’un manque de confiance envers les personnes qui s’occupent de lui. Il est donc important de créer une atmosphère affective et de confiance dans le foyer pour que l’enfant n’ait pas peur d’admettre ses erreurs. En outre, les mensonges d’un enfant sont souvent synonymes de honte, d’une surcharge quotidienne, de la peur de la punition ou d’un besoin de reconnaissance. Si cette attitude est récurrente, elle peut cacher un manque de confiance en soi, un stress émotionnel ou encore un trouble du comportement à considérer avec sérieux.

Il est préférable d’expliquer à son enfant à quel point l’honnêteté et la confiance sont importantes et qu’il n’y a pas de raison de mentir. Vous devez rester calme et discuter tranquillement avec le petit pour comprendre la raison de ce mensonge.

6. Les conflits fraternels

andras_csontos/ shutterstock

Tous les parents qui ont deux enfants ou plus ont dû faire face à ce problème au moins une fois. Les frères et soeurs se disputent et cela plusieurs fois dans la journée. Dire que l’un est meilleur que l’autre ou qu’ils sont pareils puisque frère et soeur, n’arrangent en rien la situation. Les disputes sont souvent à l’ordre du jour, surtout quand ils n’ont qu’une petite différence d’âge.

Les causes de querelles peuvent être diverses et variées et le mieux est de chercher à comprendre pourquoi les enfants se chamaillent, en leur parlant sans faire de distinction entre l’un ou l’autre. Les réconforter et leur donner un câlin est également le début d’une paix salvatrice entre les deux camps qui vous permettra d’entamer les négociations et de trouver une solution au problème.

7. Une attitude respectueuse et de bonnes manières

Pixabay

Quand les enfants roulent des yeux, parlent dans le dos, jouent avec la nourriture ou refusent de dire les formules de politesse telles que “s’il vous plaît” ou “merci”, il est préférable de ne pas passer outre. Cependant, se mettre en colère ou les forcer en les menaçant de sanctions n’est pas la meilleure des réactions. Il est préférable de leur faire comprendre l’importance d’un contact respectueux et amical avec autrui. Puisque les enfants apprennent beaucoup de ce qui les entoure, il va sans dire que les parents doivent être de bons exemples.

Bien que les comportements décris ci-dessus mettent les nerfs des parents à rude épreuve, il est important de toujours garder son calme. Les enfants ne font pas ça pour nous énerver, ils apprennent tout simplement la vie et le comportement avec les autres. Une explication calme et simple est souvent la meilleure des solutions pour désamorcer tout conflit et l’enfant retiendra plus facilement la leçon pour la prochaine fois.

Ce site n’est pas destiné ou apte à remplacer, compléter ou démentir les conseils, examens, traitements, diagnostics, etc. des médecins, pharmaciens, psychothérapeutes et/ou tout autre professionnel de santé.

Commentaires

Également féroce